2024-04-02T14:22:30Z https://metropole.nantes.fr/files/live/sites/metropolenantesfr/files/images/actualites/culture-loisirs-patrimoine/lieux%20culturels/mus%c3%a9e%20Dobr%c3%a9e/Mus%c3%a9e%20Dobr%c3%a9e%20am%c3%a9rindien%20%c2%a9%20PY%20Lange_800.jpg

8 choses à savoir sur le Musée Dobrée avant sa réouverture

ActualitésPublié le 02 avril 2024

Le samedi 18 mai 2024 sera le jour J pour le musée, dont les portes sont fermées au public depuis plus de 10 ans. Petite mise à jour.

Numismatique, arts extra-européens, archéologies militaire, méditerranéenne et nationale, manuscrits, beaux-arts… les collections brillent par leur éclectisme © Garance Wester.
Numismatique, arts extra-européens, archéologies militaire, méditerranéenne et nationale, manuscrits, beaux-arts… les collections brillent par leur éclectisme © Garance Wester.

Un week-end festif va marquer la réouverture

Samedi 18 et dimanche 19 mai sont annoncés deux jours de gratuité et des animations en pagaille pour petits et grands (déambulations, battle de danse, interventions burlesques, théâtre…). Le Département de Loire-Atlantique, propriétaire du site, va gâter les premiers visiteurs ! Lesquels pourront suivre des visites « 45 minutes chrono de curiosités », profiter du tout nouveau café et découvrir la boutique nichés dans le bâtiment Voltaire – et ouverts à l’année en accès libre – ou encore participer dans les jardins à des expériences interactives d’une vingtaine de minutes. Autre bonne nouvelle, « le musée va rester gratuit jusqu’à début juin, soit trois semaines pour en profiter », explique Julie Pellegrin, directrice de Grand patrimoine de Loire-Atlantique et du Musée Dobrée. Les tarifs d’entrée resteront modiques après juin : 7€ / 4€.

Le site a été entièrement réhabilité

Vous avez pu en avoir une idée lors des visites de chantiers organisées en février 2023 et en janvier 2024. Le site du musée a fait l’objet de travaux titanesques : transformation du bâtiment Voltaire, construction d’un cheminement et d’un auditorium de 150 places en souterrain, rénovation du manoir Jean V et ajout d’une extension, réhabilitation complète du palais Dobrée, réaménagement des jardins… Le budget global de l’opération s’élève à 50 millions d’euros (M€), avec une participation financière de la Région (3 M€) et de l’État (4,5 M€ via la Drac).

2 400 objets sont présentés au public

Le Musée Dobrée brille par son éclectisme. « Les collections sont très diverses et couvrent 500 000 ans d’histoire jusqu’au début du XXe siècle, explique la directrice. Cela part de l’archéologie du territoire, l’estuaire de la Loire, jusqu’au monde entier, avec des collections particulièrement riches pour la période médiévale ». Au fil des salles, le visiteur pourra ainsi découvrir tour à tour des haches polies, un sarcophage égyptien, des éléments sculptés de la cathédrale de Nantes, des vases Art nouveau, des monnaies antiques, ou encore le célèbre écrin funéraire du cœur d’Anne de Bretagne. Et pourtant, le musée n’expose qu’une petite partie de ses trésors : 2 400 objets sur un total de… 130 000 !

Des restaurations ont été menées à grande échelle

Tableaux, sculptures, objets métalliques, céramiques, et jusqu’à un crâne de vache qui aura demandé 80 heures de travail… plus de 1 900 objets destinés à être exposés sont partis en restauration. « Près de 800 ont été pris en charge par les équipes du Département au laboratoire Arc’antique » installé à Nantes. Certaines collections monumentales ont été restaurées sur place.

© Garance Wester.
© Garance Wester.

La présentation des collections a été repensée

Dans ce musée de collectionneurs, un soin particulier a été apporté à la présentation des objets. « Chacun a fait l’objet d’une longue réflexion entre les conservateurs, les chargés de collection, les installateurs monteurs, les prestataires... explique Muriel Rouaud, responsable de la régie des collections. Il a fallu définir quels objets placer dans quelles vitres, avec quels textes, puis emballer, préparer le transfert... » À titre d’exemple, le travail de fabrication des socles a pris à lui seul « environ 18 mois ».

Le parcours incite à la curiosité

Les Ateliers Adeline Rispal – l’agence d’architecture et de scénographie qui a travaillé avec les équipes de Grand patrimoine en Loire-Atlantique – ont souhaité que le parcours muséographique à Dobrée « favorise l’autonomie des visiteurs à travers diverses approches : sensible, expérimentale, intellectuelle… ». Chacun peut découvrir les espaces au gré de sa curiosité, dans l’ordre qu’il le souhaite : « Le parcours propose ainsi un voyage de la Préhistoire au 20e siècle, et chaque plateau est associé à une grande thématique ponctuée par la rencontre avec des figures de collectionneurs. Ce parcours à plusieurs chapitres et à géométrie variable invite le visiteur à venir et revenir pour poursuivre sa découverte des collections. »

L’accessibilité est devenue maximale

« On a fait plus que l’obligatoire, explique Julie Pellegrin quant à l’accessibilité du site. Les cheminements sont très faciles, pour que les personnes avec une motricité difficile soient à l’aise. grâce à un ascenseur qui dessert désormais tous les niveaux, des monte-personnes sur des demi-niveaux, elles peuvent faire la même visite que les autres. »

Les jardins ont été repensés

Elle aussi accessible aux PMR, une nouvelle promenade publique nord-sud structure les jardins du musée et permet d’en admirer les collections botaniques. Trois espaces ont été définis : un jardin d’enfants au nord, avec des jeux et une grande pelouse ; le jardin botanique en tant que tel, avec une grande terrasse, une grande cour et une collection botanique rappelant les origines anglo-normandes de la famille Dobrée ; le parvis jardiné, qui marque l’entrée du musée, avec une banquette végétale en roseraie. À noter que les abords du Musée Dobrée eux aussi prennent un coup de jeune, avec le réaménagement de la place Jean-V et de la rue Voltaire.

Week-end d’ouverture

Samedi 18 mai de 10h à minuit, dimanche 19 de 10h à 19h. Entrée du musée gratuite.