2022-09-26T14:00:55Z https://metropole.nantes.fr/files/live/sites/metropolenantesfr/files/images/actualites/enfance-education-jeunesse/rentree%20scolaire/rentree2022/charte-maternelle-22-800.jpg

Actualités Publié le 26 septembre 2022

Comment la charte d'accueil du jeune enfant à l'école maternelle a vu le jour

Cette charte, qui vient préciser les rôles des professionnels qui accueillent les enfants sur le temps scolaire, mais aussi au périscolaire et dans les accueils de loisirs, est le fruit d'une démarche de plusieurs mois qui rassemblait des représentants de la communauté éducative... et même au-delà.

Un père dépose sa fille en moyenne section. © Célia Le Goaziou
Un père dépose sa fille en moyenne section. © Célia Le Goaziou

À la Manufacture, en cette fin de mois de juin, la température frôle les 30°C, prémisses d'un été caniculaire. Mais le climat n'est pas le seul à blâmer pour la touffeur de la salle de réunion. Car les débats sont passionnés et les cerveaux en ébullition. Autour de la table, une douzaine d'intervenants échangent sur la façon dont ils réagissent quand un enfant fait une crise. « Parfois je suis contrainte d'emmener l'enfant à l'écart pour qu'il se calme et ne perturbe pas les autres », explique une Atsem. Les participants sont issus de la direction de l'Éducation de la Ville de Nantes, de Léo-Lagrange Ouest, l'opérateur en charge du périscolaire, de l'Accoord, qui s'occupe des accueils de loisirs le mercredi et pendant les vacances scolaires, il y a aussi des représentants de parents et du personnel de crèches, comme Jennifer Mallard, directrice adjointe de la crèche de la Manufacture : « Ce sont des tables rondes - même si elles sont carrées - qui réunissent plusieurs professionnels. Je trouve important qu’il y ait ce regard croisé. On n’a pas les mêmes professions, pas les mêmes formations, on ne voit pas les mêmes choses, on ne s’occupe pas des enfants sur les mêmes temps. »

Car c'est bien la nouveauté de la charte de l’accueil du jeune enfant et de sa famille à l’école maternelle et en accueil de loisirs, son nom complet : c'est l'enfant qui est au centre. « On avait une charte des Atsem, qui datait de 2006, note Laure Talneau-Mary, à la direction de l'Éducation de la Ville de Nantes. Beaucoup de choses ont évolué dans l’école, notamment l’obligation de scolarité à trois ans, l’école inclusive qui est un peu plus une réalité aujourd’hui, même s’il reste du travail. Tout cela fait que le quotidien des Atsem a énormément changé depuis que cette charte a été écrite. »

500 agents concertés

Il était donc nécessaire d'actualiser cette charte. Un travail a démarré dès 2020, par la concertation de plus de 500 agents. Et début janvier, c'est une série de trois groupes de travail qui débutait, impliquant une cinquantaine de professionnels qui interviennent sur les différents temps de l'enfant. « Nous sommes dans les mêmes locaux, il y a une continuité éducative dont nous avons parlé, détaille Valérie Decobec-Lalys, chargée de mission d’action éducative à l’Accoord. Le but, c’est d’avoir une cohésion de tous les acteurs, et un suivi, un fil conducteur, du lundi au vendredi, en incluant le mercredi. Il n’y a pas une cassure, c’est une continuité éducative. Il faut que l’on soit tous acteurs et partie prenantes pour la place de l’enfant. » «  Le fait de s'intéresser au temps scolaire, mais aussi extrascolaire, à la place des parents, des animateurs permet que cette charte soit acceptée par le plus grand monde », note pour sa part Gilles Tudal, inspecteur de l’Éducation nationale missionné sur l’école maternelle dans le département de Loire-Atlantique.

L'accueil de l'enfant au centre du quotidien

Les débats ont donc été animés, riches, avec l'ambition que chaque représentant d'un métier puisse comprendre les enjeux qui se posent pour les autres. « On a clairement vu des volontés de dépasser les clivages, apprécie Laure Talneau-Mary. Parfois, il suffit de se parler, car ça se joue sur des petits moments de transition, de cinq minutes. Et lorsqu’on en parle, beaucoup de difficultés peuvent se régler. Tout le monde a à cœur le sens de l’accueil de l’enfant, et sait qu'il doit être au centre du quotidien. »

Le résultat, c'est un document de 36 pages qui redéfinit le rôle de chacun et chacune. Un outil de compréhension pour les parents, notamment ceux des plus petits. « Généralement, en fin de grande section, on commence à vraiment bien comprendre qui fait quoi, observe Ghislaine Rodriguez, adjointe à l'Éducation à la Ville de Nantes. Entre la Ville, Léo Lagrange, l’Éducation nationale, les Atsem qui interviennent sur le temps scolaire et périscolaire...» Désormais, grâce à la charte maternelle, les parents comprendront tout dès le premier jour d'école... et même avant !

Consultez la charte d'accueil maternelle